ContribCliquez ici pour proposer des corrections ou des compléments pour cette page.
Essais planeur

Premiers essais en vol

Nous sommes encore loin d'avoir fini notre travail, mais notre Norécrin sera apte à voler dès que nous aurons spécifié son centre de gravité, et la position du regard du pilote.

Placer le pilote dans l'habitacle

C'est, en fait, la position des yeux du pilote que nous allons indiquer à Plane-Maker. Tel qu'elle est définie, elle est actuellement aux coordonnées (0,0,0), ce qui correspond sur notre Norécrin, à la pointe avant du cône d'hélice. Nous allons la mettre à un emplacement plus naturel, que nous estimerons vraisemblable, par exemple comme ici :

Les données à entrer dans Plane-Maker sont :

  • long arm : 2,80 m
  • lat arm : -0,20 m
  • vert arm : 0,25 m

Nous entrons ensuite ces données dans l'écran "Point d'observation", onglet "Défaut" :

Déterminer la position du centre de gravité :

La position du centre de gravité n'est pas toujours facile a appréhender sur un plan 3-vues, on ne peut que l'estimer sommairement au tiers ou au quart avant de la corde moyenne, et, dans le plan vertical, l'approximation est encore plus délicate.

Cependant, un document nommé « carte de service » du Norécrin, m'a permis de reporter la position du centre de gravité sur les illustrations suivantes, et à en tirer les données pour Plane-Maker : la position longitudinale est facile à reporter, sachant qu'elle est à 23,8% en arrière du bord d'attaque de la nervure 1 de l'aile :

La position verticale est plus difficile à cerner  : la seule méthode fiable et universelle consiste à utiliser les données constructeur. A défaut, nous pourrions, pour notre projet, décider que le centre de gravité du fuselage est au centre, puisque le moteur tire le CG vers le haut, la masse de l'aile le tire vers le bas, la cellule étant relativement homogène, l'amène vers le centre. La démonstration qui suit est simplement adaptée à notre cas particulier, est relativement imprécise du fait de certaines approximations, et n'a pas d'autre but que d'expliquer comment j'obtiens une position verticale de -0,13 mètres, vous pouvez directement passer au paragraphe décrivant l'intégration du centre de gravité dans Plane-Maker.

Nous allons nous en tenir aux données chiffrées (petit extrait de la « Carte de Service de l'Avion NORECRIN_II », fourni à titre d'illustration, document SNCAN datant d'août 1948). Le point G est le centre de gravité :

Le croquis indique la longueur du profil au centre de surface : 1,37 m. On recherche, sur la vue du dessus, à quel endroit ce profil se trouve :

et on note sa position latérale que nous reportons sur la vue de face :

Nous avons maintenant l'écart vertical entre la Nervure 1 et le profil au centre de surface donc nous pouvons déduire, en utilisant les proportions, la position verticale du point G sur notre plan 3-vues : -0,13 m (la mesure est en dessous de l'axe, donc négative). Les rectangles bleus ont même proportions verticales sur les deux schémas, même si cette vue semble donner l'impression du contraire.

Nous pouvons maintenant rentrer ces données dans Plane-Maker.

Spécifier le centre de gravité dans Plane-Maker :

Sur notre plan 3-vues, notre centre de gravité est ainsi défini :

  • position longitudinale : 2,71 m
  • position verticale : -0,13 m

Lancez Plane-Maker, et aller dans le menu « Standard / Point d'Observation », pour cocher « edit in METRIC dimensions » (parce que cette case ne reste pas cochée d'un lancement sur l'autre, vous avez déjà dû vous en apercevoir)

Affichez la page relative aux masses et à l'équilibrage : menu « Standard / Masses & Equilibrage »

En plus de la position du centre de gravité, Plane-Maker demande l'étendue longitudinale dans laquelle ce centre peut évoluer en fonction du chargement de l'avion : nous ne nous en occupons pas pour l'instant, donc nous spécifions des chiffres bidons, comme approximativement - et + 20 ou 30 cm (nous calculerons ces données lors de la mise au point).

Deux lignes permettent de caractériser le centre de gravité
première ligne 2,50 2,71 2,92
deuxième ligne   -0.13  

Test en vol : le grand saut dans le vide...

Ce petit test en vol, bien au chaud dans son salon, est là pour s'assurer que X-Plane reconnaît bien l'avion, que les commandes répondent bien comme il faut, et peut-être aussi pour oublier toutes ces heures de modélisation parfois rébarbatives.

Le pilotage à la souris est un plus, car il affiche sur l'écran un carré représentant le débattement des gouvernes, et un pointeur qui indique leur position, système intuitif qui aide beaucoup en l'absence de toute autre instrumentation. Il vous faut aussi garder la vue sur l'horizon, ce qui implique de voler par beau temps.

Sauvegardez l'appareil. Vous pouvez laisser Plane-Maker ouvert sauf si votre ordinateur est trop léger.

Lancez X-Plane. Après avoir navigué dans son menu « Appareil / Choisir Appareil » vous devriez avoir abouti ici :

Les infos correspondent avec celles que nous avons entré à la première étape de notre travail, il n'y a plus qu'à cliquer sur "Ouvrir", et vous vous retrouvez à l'intérieur de votre Norécrin, qui tombe assez lourdement sur la piste : ne vous en souciez pas, il supporte sans broncher. Allez dans la carte, spécifiez une altitude 10000 pieds plus élevée que l'altitude actuelle. Spécifiez aussi une vitesse, 100 (pour plus d'émotions fortes, laissez « 0»):

Dès que vous fermez la carte vous vous trouvez dans le vide. Si tout se passe bien, notre oiseau volerait presque sans qu'on touche aux commandes : laissez-le faire, il y en a pour quinze minutes de vol plané :