ContribCliquez ici pour proposer des corrections ou des compléments pour cette page.
Virages

Normalement, vous êtes toujours en l'air et vous avez volé un moment en palier.

Il est temps d'apprendre à virer.

Les virages classiques :

Rappelez-vous les 4 forces.

1) Lors d'un vol en palier, la portance est égale au poids de l'avion.
2) Lors d'un virage, il se rajoute une portance horizontale, qui augmente la valeur de la portance totale. Cela entraine l'appareil vers le côté de son inclinaison.
3) Pour effectuer un virage, il faut donc ajouter une force horizontale en inclinant (doucement !) le joystick ou le volant du côté où vous voulez virer. Plus l'inclinaison sera grande, plus vous virerez rapidement. Vous pouvez lire votre angle d'inclinaison sur l'horizon artificiel, ici de 25° (2 traits blancs et demi).On ne parle ici que des virages de moins de 45°.
4) Remarquez-vous que le variomètre indique que vous perdez de l'altitude ? La portance verticale diminue : il faut compenser cette perte en tirant légèrement sur le joystick. Comme cela ralentit l'appareil, il faut aussi augmenter les gaz. Plus l'angle du virage est grand, plus il faut effectuer ces corrections. A l'inverse, lorsque vous revenez en palier, faites les mouvements inverses.
5) Mais ... Lorsqu'un aileron se baisse, il provoque plus de trainée qu'un aileron qui se lève. Alors quand on fait pivoter une avion sur son axe de roulis, il a tendance à pivoter aussi sur son axe de lacet dans le sens inverse au virage. C'est ce qu'on appelle le lacet inverse. Il faut donc aussi corriger cela en agissant sur la gouverne de direction (=avec les palonniers). Cela se traduit sur l'indicateur de virage par le fait que la bille reste au centre

3 "trucs" :

- Le pied chasse la bille

- L'avion dérape si la bille est à l'extérieur du virage

- L'avion glisse si la bille est à l'intérieur du virage

Exercez-vous à synchroniser tous ces mouvements en faisant des virages des 2 côtés jusqu'à ce qu'ils soient impeccables. La bille doit rester au centre et le vario à zéro tout le temps !

Les virages serrés :

Ce sont ceux qui dépassent 30°. Ils vous permettront de réagir rapidement à un évènement subit.

Plus le virage est serré, plus la force qui vous attire vers le bas (ou G, le facteur de charge) est grande. Par exemple, un virage à 60° double votre poids et celui de l'avion. Chaque avion a ses limites !

Bien sûr, en simulation, on ne ressent pas ce poids. Mais il faut d'autant plus tirer sur le joystick que votre angle de virage sera important. Comme X-Plane natif ne gère pas le retour de force, vous n'avez qu'une solution pour vous en rendre compte : cocher la case "Dim Under High G Load or Hypoxia" dans Settings/Rendering Options.

Si votre virage est trop serré et que vous dépassez le nombre de G supporté par l'avion (+4 pour les petits en général), vous verrez l'image changer de couleur ! Je ne donne pas cher de votre vie virtuelle dans ce cas, à moins de vous trouver dans un avion de chasse (ce qui n'est pas dans notre propos actuel).

Le virage engagé :

Là, les choses se gâtent ...Vous avez laissé l'avion piquer en plein virage serré. Comme vous allez dépasser le facteur de charge que votre avion est capable de gérer, vous risquez tout simplement la survitesse, puis le crash. Comment vous en sortir ? Surtout pas en essayant de tirer sur le manche, bien que ce soit le réflexe qui vous vient à l'idée, mais :

- Réduisez les gaz

- Ramenez l'inclinaison à une valeur nulle

- Redressez très doucement pour revenir en palier et reprendre votre vol.


Encore un exercice intéressant à effectuer pour avoir les bons réflexes !